Coxarthrose : quand opérer ?

par | 24 février 2024

Cette actualité appartient aux catégories suivantes : Coxarthrose

L’arthrose de la hanche, appelée coxarthrose, toucherait jusqu’à un million de personnes en France, à des stades variés allant de la coxarthrose de stade 1 à celle de stade 4. La coxarthrose étant une maladie évolutive, la question de savoir quand opérer se pose régulièrement, certains patients hésitant entre traitement médical et chirurgie de la hanche par pose de prothèse totale PTH : découvrez les critères de choix.

 

Coxarthrose : quand opérer pour supprimer la douleur de la hanche ?

 

L’un des signes majeurs d’une arthrose de la hanche reste la douleur, appelée aussi coxalgie. Elle se manifeste principalement à froid, sur une articulation ankylosée, et à chaud, après un effort trop intense. Il n’existe pas toujours une corrélation parfaite entre les signes radiologiques et le ressenti du patient, si bien qu’une coxarthrose de stade 4 est parfois mieux tolérée qu’une coxarthrose de stade 2. C’est donc le ressenti du patient qui doit rester prioritaire, en complément de l’examen clinique réalisé par le chirurgien orthopédique.

Au début, le meilleur traitement naturel d’une arthrose de la hanche reste la marche, sur sol plat, associé à des soins de kiné. La physiothérapie permet aussi d’atténuer la douleur, avec l’application de chaleur sur une articulation froide ou inversement, une application de froid après un effort trop intense (cryothérapie) : la peau doit toujours rester protégée.

Sur les cas les plus avancés, le patient peut bénéficier d’un traitement antalgique par voie orale. De manière générale, les infiltrations locales de cortisone ou d’acide hyaluronique (viscosupplémentation de la hanche) ne donnent pas des résultats suffisants. Lorsque la douleur devient trop intense ou trop fréquente, et que les traitements médicaux et kiné ne suffisent pas à l’atténuer, le chirurgien orthopédique peut proposer une prothèse totale de hanche (PTH) pour remplacer l’articulation douloureuse par arthroplastie. La plupart des patients retrouvent alors à terme une hanche indolore, leur permettant de marcher ou de faire du sport sans boiterie.

 

Arthrose de la hanche : quand opérer pour restaurer la mobilité ?

 

L’autre symptôme fréquemment handicapant sur une coxarthrose, et pouvant justifier une opération de la hanche, reste la perte de mobilité. Plusieurs facteurs y contribuent : épaississement et fibrose des tissus périphériques comme les ligaments ou la capsule articulaire, présence de corps étrangers intra-articulaires (souris), néo-formations osseuses sur la tête fémorale ou l’acétabulum (les ostéophytes) jouant le rôle de butée…

Dans une coxarthrose débutante, les exercices de kiné de la hanche par auto-rééducation permettent de conserver une certaine souplesse, en empêchant toute fibrose tissulaire. En revanche, lorsque les lésions osseuses sont présentes, seule une chirurgie peut libérer les contraintes mécaniques. Savoir quand opérer la hanche va alors dépendre du handicap décrit par le patient, dans ses gestes quotidiens ou dans la pratique du sport : sur une arthrose avancée, monter ou descendre des escaliers peut devenir une vraie épreuve. Dans de rares cas de lésions localisées, la chirurgie de la hanche peut se faire sans pose de prothèse : arthrolyse pour retirer une souris articulaire, ostéotomie pour couper un ostéophyte isolé…

Dans les cas les plus avancés, la coxarthrose nécessite une pose de prothèse de hanche. Le chirurgien orthopédique peut choisir alors une prothèse métallique ou en céramique, à simple mobilité ou à double mobilité, permettant à chaque patient de retrouver une amplitude de mouvement optimale, limitant ensuite le nombre de mouvements interdits avec la prothèse de hanche. C’est pourquoi toute arthrose coxo-fémorale même débutante, doit donner lieu à un échange entre le patient et un chirurgien spécialiste de la hanche, pour savoir quand opérer la coxarthrose. Une prise en charge globale permet d’intervenir au bon moment, ni trop tôt, ni trop tard, pour traiter les douleurs persistantes et restaurer une mobilité quasi-normale.

Dernières actualités

icone logo blanc dr thomas stevignon chirurgien orthopediste specialiste genou et hanche paris

Prendre RDV avec le Dr Stévignon